Lors de l'une de nos randonnées pédestres sur le versant nord du Cap de Garde et de Sidi Aïssa (années 1980). Cette clôture verte faisait initialement partie du projet de la réalisation d'un Parc naturel protégé autour des calanques. Finalement, au bout d'une dizaine d'année de rouille, une partie de cette barrière fut supprimée puis remplacée par un autre projet radicalement opposé au premier : l'ouverture d'une nouvelle route menant jusqu'à Seraïdi (!). Camions et bus traversent désormais avec fracas cette contrée boisée autrefois si calme et si sauvage.